le style

Auteur(e)s d’aujourd’hui : faut-il adopter un style d’écriture « à la mode » ?

Auteur(e)s d’aujourd’hui : faut-il adopter un style d’écriture « à la mode » ?

Les fêtes approchent, je n’ai pas résisté à illustrer cet article avec cette magnifique boule givrée.. qui n’a rien à voir avec le sujet de cet article mais elle est si jolie 🙂 !

Cette semaine un article dans un hebdomadaire faisait le constat que le passé simple n’était plus enseigné (hormis la troisième personne en primaire) et vu seulement en troisième ! C’est une réforme de 2016, je crois qui le demande…

Ainsi, les élèves doivent lire des textes où l’on emploie le passé simple sans l’avoir appris… Je subodore que c’est pareil pour l’imparfait du subjonctif…

J’avais déjà parlé du SEO (la manière de référencer les textes sur le net) qui demande des phrases courtes. Nombre d’éditeurs préfèrent des textes « grand public » avec des phrases courtes et un vocabulaire très courant.

Il faut que les textes soient « vendeurs » et compréhensibles par toutes et tous…

Oui, mais enfin, on n’est pas en train d’appauvrir notre langue là ?

L’exemple qui circule régulièrement sur le net, ce sont les fameux romans d’aventures pour enfants « club des cinq » qui ont été réécrits en « langage courant » et bien sûr le passé simple a disparu. Pauvre Enid Blyton… Pourquoi oser changer le style d’un auteur(e)  jeunesse et pas d’un auteur(e) pour adultes ? Je trouve cela effroyablement irrespectueux, et inamissible en prenant les enfants pour des imbéciles … 

Si les enfants lisent régulièrement et sont entraînés à la lecture, ils n’ont absolument aucun mal à lire les « club des cinq » dans leur version originale…

Cher (e) s ami(e)s auteur(e)s qui aimez les belles lettres, les mots et leur diversité, leur élégance, vous qui cherchez et trouvez le mot juste même si celui-ci ne fait pas partie des deux cents mots qu’il faut pour se faire comprendre dans la vie courante, vous qui aimez décrire des endroits, des émotions, des situations avec des mots évocateurs, préparez-vous, à être « réécrit » ! Votre langage n’est plus accessible, votre vocabulaire trop compliqué… !!

Quels seront les prochains temps, jugez trop élitistes, que l’on apprendra plus aux enfants ? Finiront-ils avec le présent pour seul bagage ?

Et si l’on réagissait, si les auteur (e) s refusaient ces « coupes » de mots jugés « trop difficiles » ou ces phrases trop longues. Et si l’on faisait le pari que nos enfants, même s’ils ont des tablettes et des smartphones, peuvent aussi se laisser emporter par un style qui ne satisfait pas au diktat de la mode : phrases courtes, langage très courant ?

Non, il n’y a pas 200 mots dans la langue française mais environ 32 000 !

Voilà quelques lignes pour vous interroger, cher(e)s auteur(e)s d’aujourd’hui, débutants ou confirmé(e)s, sur votre manière d’écrire…

Pour moi, bien humblement, j’avoue : oui, j’emploie encore le passé simple, j’allais dire assez « naturellement » dans mes récits au passé et si mon vocabulaire est limité, je cherche sans cesse à l’enrichir et je n’en prive pas mes lecteur(e)s. J’adore d’ailleurs lire des livres au vocabulaire et au style riches et je suis tellement contente de découvrir certains mots que je ne connais pas encore !

Nos enfants ne pourraient-ils plus apprendre notre langue comme nous nous l’avons appris avec tous ses temps et tous ses mots ? Pour quelle raison ?

Regardez par exemple, cette autre langue qu’est la musique : va-t-on supprimer des notes parce que le solfège est trop compliqué ? Supprimer le DO et le FA pour simplifier ?

Et puis en maths, on pourrait aussi supprimer deux ou trois chiffres pour simplifier aussi ? Le 4 et le 8 ?

« Ce qui se conçoit aisément s’énonce clairement » : encore faut-il avoir les mots pour le dire et les avoir appris ! « tout est langage »

Allez à vous la parole sur ce blog en commentaire ou sur FB ! Avec les mots et les temps que vous voudrez;) !

Comment les auteurs choisissent-ils le style et le genre de leurs écrits ?

Keyboard, Old, Technology, Typewriter
comment choisir le style et le genre de son livre 

Voici avec un peu de retard l’article promis 🙂 !
 
Chaque auteur a un style et un genre particulier. Sauf, bien sûr, les écrivain(e)s qui à l’image des faussaires de tableaux  écrivent “à la manière de “, cela peut aussi exister.
Nous enlèverons également la catégorie d’auteur(e)s qui veulent écrire uniquement dans un but commercial et qui s’efforcent de copier un style et un genre qui a fait un carton en librairie, ou encore les plagiaires.
 
Nous parlons ici des auteur(e)s qui se lancent, seul(e)s à l’assaut de la page blanche… tels de valeureux héros ou héroïnes…  Je vous l’accorde c’est périlleux 🙂 mais ô combien intéressant 🙂 !
 
Le Style :
 
Un auteur(e) écrit avec ce qu’il ou elle est d’abord.
 
Ce qui implique que le style va en général refléter la manière d’être de la personne dans son être profond, ce qui peut être caché pour les autres en la voyant vivre. C’est sa manière de penser qui s’exprime dans l’écriture : claire, concise ou volubile et foisonnante…
 
Bien sûr, l’auteur(e) connaît ses défauts d’écriture et les travaille  mais il n’en demeure pas moins qu’ il ou elle ne peut pas se renier lui-même. Quelqu’un qui a l’habitude de faire des phrases longues ne pourra pas se corriger tout le temps et d’ailleurs cela serait bien dommage. Quelqu’un qui aime observer les choses dans les détails fera des descriptions précises ou complètes, un autre qui vit à 100 à l’heure négligera cet aspect en privilégiant l’action.
 
Le style est ce que l’auteur(e) a de plus personnel, ce que l’on ne peut pas lui enlever. On reconnaît du Prévert ou du Proust sans problème. Pour des auteurs moins connu(e)s,  une personne de l’entourage de l’auteur(e) reconnaît son “style”. Elle dira : “Ah oui, c’est bien elle !”. C’est subtile, des manières de s’exprimer, un humour particulier quelquefois, des tournures de phrases, des adjectifs qu’elle aime employer….
 
Un ou une auteur(e), c’est d’abord un style, inimitable et personnel comme les empreintes digitales…
Mais pour cela, la personne a besoin d’une certaine maturité. Les influences multiples dont se nourrit le style de l’auteur(e) restent à l’état de traces, fugaces mais transparait ce qu’il ou elle a fait de ses lectures, de ses expériences, de sa vie…
 
“je n’aime pas son style” ou “j’adore son style” : souvent le lecteur se découvre une proximité de caractère ou d’intérêts avec la manière d’écrire de l’auteur(e). Cela “lui parle”. Et pourtant, en lisant la biographie de son auteur(e) préféré(e) il ou elle pourra être déçu(e) par ce qu’il découvre. L’écrivain(e) qui l’a tend inspiré(e), fait rêver dont il ou elle pensait être si proche n’est pas celui ou celle qu’il ou elle attendait… Quel mystère que l’écriture qui peut transcender les personnalités à ce point !

Pour conclure sur le style : on ne le choisit pas, il s’impose à nous. Nous pouvons juste essayer de le faire évoluer dans le sens qui nous parait le plus beau… Mais le mieux n’est-il pas de l’accepter, comme on finit par s’accepter soi-même en devenant de plus en plus sage ? Il ne plaira pas à tous, c’est certain mais tant pis… Il sera unique et pour celles ou ceux qui l’aimeront, il sera celui qu’il ou elle attendait…

En tant qu’auteur(e) moi-même, je suis extrêmement touché(e)  lorsque un ou une lectrice me témoigne combien mon style lui plait, alors même que je ne suis souvent insatisfaite de ce dernier…
 
 
Le Genre :
 
On dit que le premier ouvrage est celui dans lequel il ou elle  met le plus de lui-même… Auteurs qui me lisez avez-vous cette impression ?

Le genre que l’on choisit est souvent celui qui nous attire le plus dans nos lectures ou nos intérêts. Ou bien, pour le cas des biographies, on a envie de transmettre ou d’éclaircir sa vie en la “mettant en forme”  dans un livre.

On aime l’histoire, on se lancera dans les romans historiques. On est passionné par les histoires romantiques, on se tournera naturellement vers ce genre etc.

Certain(e)s auteur(e)s (comme moi, pour mon livre In manus tuas Domine…)  se lancent dans l’écriture d’un ouvrage mêlant plusieurs genres qu’il ou elle n’ont pas encore trouvé encore en librairie. En fait, il ou elle invente le livre qu’il ou elle aurait aimé lire mais qui n’existe pas. Je connais plusieurs auteur(e)s qui m’ont témoigné cette même démarche. Ce sont des lecteurs qui sont passés de l’autre côté de la barrière pour le plaisir de lire quelque chose dont il ou elle avait envie… On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même… Et en plus, on en fait profiter les autres 🙂 !

Peut-on écrire dans plusieurs genres ? Bien sûr,  nos intérêts et nos passions sont multiples, il y a donc des auteurs qui explorent différents genres d’écriture et qui passent de l’un à l’autre avec bonheur. Mais je pense quand même qu’on a un genre préféré, avec lequel on se sent le plus à l’aise. Qu’en pensez-vous, auteur(e)s qui lisez cet article ?

Il arrive que l’on écrive dans un genre que l’on ne lit jamais ou presque. On n’a pas besoin de se nourrir d’autres lectures, on l’a comme “en soi”.

Pour conclure sur le genre de son livre, je ne peux qu’encourager les futur(e)s auteur(e)s qui me liront à se lancer dans ce qu’ils ou elles aiment vraiment et non à tendre vers “ce qui est le plus lu”. Ecrire c’est vivre et l’on ne peut pas vivre la vie de quelqu’un d’autre…

PS : difficile de lire quelquefois quand je mets des “il ou elle” plutôt que le masculin. Mais je connais tellement d’auteur(e)s des deux sexes que je ne peux me résigner à employer uniquement le féminin ou le masculin..
 
Retour haut de page