De l’ubérisation de l’écriture…

Travail, Bourreau De Travail, Écrivain
l’ubérisation de l’écriture


De “l’ubérisation” de l’écriture…

Nous sommes à l’ère de l’individualisation, l’individu des pays riches cherche à “s’accomplir” , à “se réaliser” plutôt qu’à suivre des modèles “préformatés” ou des idéologies fournies. Evidemment, en demeurant bien prisonnier(e) quand même de facteurs dont il ou elle n’est souvent pas conscient(e). Mais cela est un autre débat, intéressons-nous aujourd’hui à l’écriture.
Aujourd’hui femmes et hommes écrivent, heureusement !  Ce qui n’était pas le cas il a quelque deux cents ans : rappelons-nous “George Sand” qui publie sous ce pseudo masculin pour pouvoir le faire !
Si, en 2017 les femmes constatent toujours dans les concours littéraires ou de BD que leurs écrits n’ont pas la même “valeur” que ceux des hommes, elles le voient aussi dans les salons où les personnes vont plus volontiers au stand d’UN auteur ou dans certaines  réflexions récemment mises en lumière par des auteures qui les partagent sur twitter..
Genre : “vos livres sont vraiment bons, je pensais que vous étiez un homme” ! “vous n’avez pas mieux à faire, vous occupez de votre mari et de vos enfants par exemple !”
Cela est un autre débat aussi  mais dont il faut être conscient(e).

Chronologie des solutions pour éditer un livre :

Il y a de cela quelques années, pour “fabriquer” un livre, un(e) auteur(e) devait impérativement trouver un éditeur sans lequel rien n’était possible. Il y avait la solution de payer plusieurs milliers d’euros pour qu’un commerçant sans scrupule se disant “éditeur” (le fameux “compte d’auteur”) vous vende quelques centaines de “livres” (non-corrigés et non-diffusés)  qui restaient pour la plupart sur les bras de l’apprenti(e) écrivain(e). Quelques rares personnes se lançaient dans l’édition de leur livre par elles-mêmes en trouvant un imprimeur, en envoyant leur livre à la BNF, en demandant un ISBN… Mais ce n’était pas courant.
Ces trois solutions existent toujours, mais de moins en moins de personnes se font prendre par le “compte d’auteur(e)” ayant accès aux informations et aux mises en garde sur internet. Pour l’édition traditionnelle, il faut toujours, soit avoir une “recommandation”, être connu(e), soit faire partie du pourcentage infime (moins de 1 pour 1000 ) des auteur(e)s inconnu(e)s retenu(e)s par les grandes maisons. Les petites maisons d’éditions sont plus accessibles mais ont de grosses difficultés pour assurer une diffusion suffisante et beaucoup n’arrivent pas à survivre.
Avec l’arrivée d’internet “pour tous”, des versions numériques des livres et des firmes d’impressions à la demande, tout a changé. Ainsi, de plus en plus de personnes ont accès à la publication sans passer par la case “éditeur(e) traditionnel(le)”. Il est à la portée de n’importe qui de publier son “e-book” ou son livre papier sans dépenser un sou.

Ubérisation de l’écriture :

On assiste à une “ubérisation” dans bien des secteurs, pour l’écriture c’est vraiment la tendance. Au point que les éditeur(e)s traditionnel(le)s font leurs marchés dans le “top 100” d’Amazon et proposent à des autoédités de les rejoindre. Le monde à l’envers…
Faut-il s’en réjouir ? Sûrement, l’accès à l’écriture (comme à toutes les formes d’art ou de culture) est le chemin le plus sûr vers une humanisation qui prévient la violence et développe la créativité qui fait grandir et accomplit.
Des auteur(e)s apprécié(e)s par de nombreux lecteur(e)s  refusent de signer chez des éditeur(e)s traditionnel(le)s. Ils ou elles trouvent plus d’avantages à rester maitre de leurs droits. Ils crée leur propre “entreprise d’écriture”. Il n’y a donc plus de monopole de l’édition traditionnelle.
Certains se disent “indés” mais cela reste un jargon entre auteur(e)s pour être plus largement compris par tous se dire “auteur(e)s autoédité(e)s'” semble plus facile.

D’autres, ayant toujours ce rêve tenace et inassouvi d’être édité(e) par l’édition traditionnel(le) , le réalisent tout en continuant à faire de l’auto-édition. Dans leur jargon, ils s’appellent “hybrides”.
Beaucoup, en fonction des relations avec les éditeur(e)s soit abandonnent rapidement l’édition traditionnelle pour rester indépendant(e)s, soit l’inverse.
Le revers de la médaille de ce foisonnement littéraire est bien sûr pour le lecteur(e) de devoir choisir avec soin ses lectures. Car s’autoéditer ne veut pas dire savoir le faire ! Il y a beaucoup de livres qui demeurent complètement illisibles (présentation, orthographe, style, intérêt). Par contre, de “vrai(e)s auteur(e)s” intéressant(e)s et au style original ou passionnant émergent réellement.
Quelle suite pour l’écriture et le livre ? les “machines de fabrication à la demande” de livres vont sûrement révolutionner ce marché dans les années qui viennent. Ceci sera l’occasion d’un autre article 🙂 ! De même, je ferai un autre billet pour aborder l’aspect financier pour l’auteur(e) indépendant(e), à bientôt !

 

2 réflexions sur “De l’ubérisation de l’écriture…”

  1. Très bon article ! Avec plusieurs réflexions : la place des femmes dans l'art et plus spécifiquement l'écriture. Et l'autoédition. Concernant le premier sujet, je me suis surprise moi-même à constater que même depuis que je ne lis plus quasiment que des autoédités, eh bien mes livres préférés sont écrits par des hommes, à de très rares exceptions près. Pourquoi ? Sans doute car mes lectures étant enfant, puis jeune adulte, étaient des hommes ? En effet, mis à part Françoise Sagan, Albertine Sarrazin, et une autre auteure dont je ne me rappelle plus le nom et dont j'avais lu tous les livres, mes auteurs étaient des hommes. Est-ce leur façon d'écrire qui nous parle plus ? Le petit côté léger ou romance que les femmes mettent souvent qui agace ? La relation auteur/lecteur qui fait qu'on est plus attiré par un écrivain homme (dans mon cas) ? Il faudrait creuser la question. Je ne sais pas. De nos jours, on trouve plus d'écrivain femme que homme, au rayon des autoédités. Et pourtant, je continue à préférer la prose des hommes… Etrange, et pourtant je suis toujours la première à défendre nos droits et à marquer nos inégalités… Et pourtant, je ne peux me résoudre à adorer plus la plume d'une femme que celle d'un homme. Etrange, vous avez dit Etrange ? Quant à l'autoédition, vaste sujet, en pleine mouvance et qui n'en est qu'à ses balbutiements en France, mais c'est un mouvement dans lequel on peut placer beaucoup d'espoirs pour évoluer, dans toutes les directions, tout en favorisant une liberté d'expression inégalée. Je pense que c'est un courant qui mérite qu'on y accorde un oeil attentif car il risque de révolutionner des pratiques, voire des pensées culturelles. Impatiente donc de lire le prochain article !

  2. Merci Laurence pour ton commentaire que je trouve très intéressant. En fait, tous les classiques que nous avons lu dans notre enfance, à l'école etc, c'était des écrits faits par des hommes (forcément pour les auteurs des siècles passés). Pour moi, le genre de l'auteur(e) importe peu, c'est le "type" de lectures et le style qui vont faire aimer ceci ou cela. Il est sûr que la "romance", c'est un genre écrit par des femmes en majorité et si tu n'aimes pas ce genre et bien tu ne les liras pas mais un roman science fiction ou héroïque fantaisy cela peut être écrit en général plus volontiers par des hommes. Quel genre aimes-tu le plus ? Si on te donne le résumé d'un livre (sans te dire qui l'a écrit), tu choisiras en fonction de tes goûts de lecture, c'est tout simplement cela non ?merci encore et à bientôt,isabelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page