Mes Recensions : comme un Moineau de Céline Saint-Charle

Céline Saint-Charle

“Comme un moineau” de Céline Saint-Charle
 Une de mes recensions portait déjà sur une nouvelle de Céline Saint-Charle à Noël dernier. Céline écrit en effet beaucoup de nouvelles et les publie dans des recueils. Un a d’ailleurs été publié récemment (“Un repas prévu de longue date”). Mais, j’ai eu envie de découvrir son roman « Comme un moineau » publié chez BoD en mai 2015. Il fait 346 pages et coûte 15 euros.
La couverture de couleur noire montre une photo de banlieue avec des barres d’immeubles. Le titre se détache en jaune dans une police un peu déstructurée.
Alors en avant pour la lecture ! Âmes sensibles, qui changez de chaîne dès que vous voyez écrit « moins de 10 ans » sur l’écran, surtout ne l’ouvrez pas ! Je ne le conseillerai pas non plus à de jeunes ados, mais plutôt à de grandes jeunes car il décrit certaines scènes de violence très grandes.
Le livre est structuré avec un fil rouge : un voyage en bus qui revient de temps en temps. L’histoire se déroule sinon de façon chronologique. En tant que lectrice, je trouve que le roman serait très bien sans ce rappel de loin en loin du voyage en bus. Céline est obligée de mettre un sous-titre « aujourd’hui » pour nous rappeler que l’on revient au fil rouge. Le récit est suffisamment dense et plein de péripéties pour tenir en haleine les lecteurs ou lectrices sans ce procédé. Mais cela reste un avis personnel.
En ce qui concerne les personnages un caïd de banlieue et une jeune fille élevée dans un contexte très carencé affectivement. Leur histoire au sein d’une banlieue où « Ben » règne en maître est faite d’événements alternants « traschitude » complète et moments de grâce ou de vie ordinaire. C’est sur ce contraste que sont bâties ces personnalités très dissonantes. Le lien entre les deux personnages se révélera être la lecture, autre étrangeté.
Je n’ai pas forcément l’habitude de lire  et de faire mes recensions sur des romans si noirs et où la violence a une part aussi importante. Elle y relate des scènes extrêmes mais j’ai été captivé par le récit. J’ai lu le livre avec plaisir soutenue par l’intrigue bien construite. Céline a une écriture fluide qui s’attache aux détails. Elle remarque des petits faits : je trouve cela très plaisant. Son imagination, soutenue par des éléments de réalité qui « nous parlent » font un bon mélange. C’est, il me semble être sa marque de fabrique.

La forme :

Le style est fluide, homogène, le vocabulaire reste « en bon français » même si l’on est en banlieue et que l’on pourrait s’attendre à quelques mots d’argots ou de langage « jeune ». Cela me convient, je n’aime pas les livres où l’on doit déchiffrer des SMS écrits en phonétique. Où sous prétexte de « coller » au personnage, on passe son temps à lire des phrases en argot ou autre langage oral. Céline alterne de belles descriptions. C’est un autre point fort du style, avec d’autres éléments ce qui donne une écriture variée et agréable.
Les personnages évoluent, la narratrice et héroïne Judith se transforme au fil des mois, des années… Je ne veux pas en dire plus pour vous laisser le plaisir de la découverte. Je vous recommande chaleureusement cette lecture. Un vrai roman bien construit, plein de surprises, même si l’on s’attend sans s’attendre à certains événements. Pourquoi “Comme un moineau” ? et bien vous verrez 🙂 !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.