Mes Recensions de Livres BoD : “L’inconnue à la robe rouge” de Samuel R.


l’inconnue à la robe rouge
 

“L’inconnu à la robe rouge” de Samuel R. : couverture sobre bordeaux, format poche, 204 pages, publié chez BoD en mai 2015.
Le premier roman d’un jeune auteur qui pousse la modestie jusqu’à ne pas nous dire son nom… Mais j’ai quand même vu sur sa biographie qu’il a 32 ans et aime le théâtre et l’improvisation. Il est aussi passionné d’histoire.
 Quelques remarques de forme me viennent tout de suite en ouvrant le livre : pas de page de garde et de page de titre, on attaque tout de suite la lecture… C’est dommage et cela déroute un peu pour qui connaît la pagination habituelle. Pas de chapitres, juste de petits titres en gras dans le texte ; l’ouvrage mériterait d’être séquencé pour bâtir de vrais chapitres et de les agencer comme tels.
Les marges pour la reliure ne sont pas assez grandes et on a du mal à lire la fin des lignes, c’est aussi une modification importante à apporter pour le prochain ouvrage.
Les dialogues sont paginés avec les tirets word (semi-cadratins) et non cadratins, bon soit. Mais des guillemets sont saupoudrés un peu au petit bonheur la chance et c’est une vraie gêne pour la lecture. Certains sont ouverts puis jamais refermés ou l’inverse.. ou placés à des endroits inopportuns… Bref, ces guillemets, c’est un très gros travail qui est, en plus, sujet à des erreurs. Pour le prochain livre, pourquoi ne pas les supprimer tout bonnement comme la majorité des grands éditeurs le font ?
Sinon, quelques coquilles mais sans excès, c’est tout à fait acceptable et ne gêne pas la lecture.
Voilà, c’est dit. Sur le fond … ah sur le fond ! nous avons une intrigue qui se déroule au XIXe siècle, un jeune marchand de soieries belge qui s’éprend d’une inconnue à la robe rouge…
Ce qui m’a déroutée, un peu énervée puis quand même bien amusée finalement c’est l’anachronisme du style littéraire, des dialogues, des manières de faire des personnages avec le contexte historique du XIXème siècle.
Les personnages ont un langage d’aujourd’hui, se tutoient entre parents et enfants, se serrent dans les bras avec une spontanéité bien actuelle, ont une manière de vivre très indépendante comme les célibataires d’aujourd’hui, y compris l’héroïne qui travaille et voyage seule, va au restaurant en solo… (bon, elle a quand même une servante 🙂 !)
On trouve des expressions carrément tendances 🙂 ! : une personne d’âge respectable allant à une fête déclare “je suis tellement excitée..”  l’héroïne prétend qu’elle aurait dû “se lâcher plus sur le vin”… Bref, je m’attendais presque qu’au détour d’une conversation, un portable sonne et que le jeune Louis le sorte de sa poche… ! Diantre, ce n’est pas bien de se gausser ainsi, Isabelle…
Donc si l’on semble être dans un contexte XIXème, c’est un fait un mélange complètement détonant entre l’époque actuelle et un contexte plus ancien où l’on parle de cocher, de comte, de marquis…
Il est certain qu’écrire sans anachronisme dans le vocabulaire et les situations exigent un très très gros travail historique et littéraire. Ce n’est pas Ken Follett qui dira le contraire lui qui emploie plusieurs personnes pour faire des recherches et passe des années sur un ouvrage afin de s’assurer qu’il est bien dans son sujet au plus juste de l’époque et du vocabulaire. Apparemment, notre jeune auteur voulait surtout mettre en exergue son intrigue qu’il a bâti d’une manière assez complexe. Je le comprends mais c’est très déroutant et quand on lit des ouvrages écrits au XIXème… Et bien, la vie et le langage sont quand même très différents !
Plongeons dans notre “Lagarde et Michard” bien-aimé 🙂 ! (vous savez le plus gros volume de la série, celui que l’on étudiait en première autrefois) : rappelons-nous Balzac, Flaubert, Victor Hugo, Maupassant…
 
Si l’on fait abstraction de ce problème d’anachronisme et  pour ce qui est de l’histoire en elle-même,  j’ai été agréablement surprise. Hormis quelques passages qui auraient mérités peut-être plus de développement (le sauvetage de François par exemple), l’auteur a bâti une véritable intrigue “à tiroirs” avec des rebondissements, des intrigues secondaires, des personnages variés et multiples… C’est bien fait, cela se lit avec plaisir… Samuel R. a de l’imagination et un vrai talent pour s’en servir et l’utiliser pour créer une histoire romanesque et à suspense 🙂 ! le mélange entre l’histoire d’amour et les intrigues plus policières est une réussite.
Le style et la profondeur d’écriture devraient gagner en densité après ce premier récit tout à fait bien mené, ne vous privez donc pas de lire cette histoire qui vous tiendra en haleine durant les 200 pages sans vous lasser…
Et à bientôt, je l’espère, Samuel R. pour de nouvelles aventures, peut-être plus contemporaines 🙂 !
 
 
 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.