Mes Livres ne seront jamais des best-sellers… Et Alors ?

Meilleures Ventes, Best Seller

 

Je ne serai jamais auteur(e) de best-sellers… Et alors ?

 Ce titre un peu provocateur veut évoquer un sujet qui me semble si présent dans le monde des auteurs autoédités (ou pas). Un certain nombre se focalise sur « leurs » écrits. Ils ou elles pensent qu’ils sont promis à un brillant avenir. Pourtant, ces auteur(e)s vont de désillusion en désillusion… Pour peu qu’ils ou elles se soient fait arnaquer par une firme à compte d’auteur, c’est le pompon… Je suis un peu fatiguée de ces auteur(e)s qui inondent les groupes Facebook de pub de leur roman comme s’ils ou elles étaient seul(e) au monde. Evidemment, leur livre est LE SEUL livre à acheter et à lire pour tous. D’ailleurs, les modérateurs n’en peuvent souvent plus de ce “marketing” sauvage. Que l’on présente son livre une fois ou sur son mur, c’est bien mais que l’on matraque tous les jours…
Au lieu de se focaliser sur son ou ses livres, essayons déjà d’être conscient de l’environnement général du livre pour mieux comprendre.
En 2015, nous dit le « Guide des auteurs de livre 2 017 », 200 nouveautés sortaient déjà par JOUR ! Et l’on ne parle que des livres PAPIER (et pas des e-books en tous genres ! Il y en a encore plus évidemment). Soit 70 000 livres sortis cette année-là environ.
Ce même guide nous explique qu’« En 2015, 53 % des Français (de 15 ans et plus) ont acheté au moins un livre imprimé au cours de l’année. Les acheteurs occasionnels (1 à 4 livres par an) représentent 47 % des acheteurs de livres, les acheteurs moyens (5 à 11 livres par an) 27 %, et les gros acheteurs (12 livres et plus par an) 25 %. Cette dernière catégorie est en recul constant depuis plusieurs années. Un acheteur de livres sur 10 a acquis au moins un livre d’occasion en 2015 ».
On comprend bien que nous sommes dans une surproduction de livres par rapport à la capacité d’écoulement naturel puisque les personnes sont majoritaires à n’acheter qu’un ou quelques livres par an. 7 Français sur 10 ne lisent pratiquement pas, en fait.
Ailleurs, on explique que seulement 10 000 livres assurent près de 50 % du CA de l’édition. En gros, cela correspond à ce que vous voyez en librairie : les Best-sellers assurent la majorité des ventes. Des rayonnages entiers avec des auteur(e)s phares (plus souvent auteur que auteure d’ailleurs car la discrimination des femmes sévit beaucoup dans ce domaine d’activité, par exemple, les prix littéraires sont attribués très majoritairement aux hommes). Par exemple, vous voyez « Musso », « Levi »… etc. sur les têtes de gondoles des espaces culturels et puis des rayonnages plus loin, en retrait, où il y a un exemplaire unique d’un livre qui ne restera que quelques semaines en rayon et qui sera vite remplacé par les nouveautés. C’est que l’on fait tourner puisqu’il sort 200 livres par jour…

Bon, j’arrête avec les chiffres, vous avez compris…

Vous voilà donc avec VOTRE livreAutoédité(e) ou d’une petite maison d’édition ou encore avec des cartons de livres qui vous restent sur les bras. En fait, ils vous ont été vendus par une firme se disant « éditeur ». En réalité, il ne l’est  pas et il vous a simplement fait payer deux ou trois mille euros en vous laissant le stock. Par conséquent, la prochaine fois, évitez absolument cette arnaque. il y a d’autres moyens de s’autoéditer sans se faire avoir !

Vous comprenez, comme les chiffres l’indiquent,  que votre livre est un peu comme une aiguille dans une botte de foin…

Alors faut-il se décourager ?

Que nenni mais nous allons voir qu’il faut savoir se situer dans ce que l’on écrit et avoir des attentes raisonnables au vu du marché.
Votre livre doit d’abord être lu par des tiers qui ne sont pas vos proches qui trop souvent son « bon public » et c’est normal  du genre : « c’est super !» « merveilleuse histoire! » etc.
Il doit également être présenté et écrit de manière professionnelle c’est à dire pas de fautes (une ou deux coquilles par livre sont admises) un style grammaticalement correct et sur le fond. Il doit pouvoir intéresser un certain type de lectrices et de lecteurs dans ce qu’il raconte. Une intrigue bancale, des banalités, des poncifs, effectivement, les écueils sont nombreux…
Il vous faut, si votre livre est donc « lisible » (malheureusement dans l’autoédition on trouve tellement de livres qui ne le sont pas !), définir avec précision quelle typologie de personnes sera intéressée par sa lecture.
De là, vous pourrez entreprendre des démarches pour le faire connaître. Est-ce grave si vos livres ne seront jamais des best-sellers ? Non, pas du tout puisque la majorité des livres qui sortent ne le sont pas 🙂 ! Vous êtes « comme les autres » en fait:) ! C’est rassurant !
Seulement, en ciblant vos lecteur(e)s à bon escient, vous pourrez vous situer et comprendre que votre livre vivra sa vie là où il doit la vivre…

Mon expérience :

Pour ma part, auteure autoéditée chez BoD depuis presque 10 ans : libre, bien distribuée, je suis enchantée ! Sachant maintenant quand j’écris un nouveau livre à qui je peux le proposer. Je connais les forces et les faiblesses de mon style et du fond de mes histoires. Elles ne correspondent pas à tout le monde. Je me définis volontiers comme « une auteure de quartier » (comme un(e) épicier(e) de quartier) par opposition à « l’hypermarché » (le Best-seller). Finalement, l’on est bien content d’aller chercher un pot de moutarde le dimanche soir ou quelques œufs chez son commerçant de proximité… Chez moi, ce sont des petits romans sans prétention. Ils changent les idées. Ils permettent de s’évader dans un moment sans stress.
Mes lectrices et mes lecteurs, je voudrais les connaître tous(e)s, comme l’épicier connaît ses clients… J’en connais un certain nombre, bien sûr, mais évidemment beaucoup me liront sans que je les connaisse… En tous les cas, je ne me compare pas aux auteur(e)s de best-sellers, j’ai mieux. Des rencontres en dédicaces dans des petites librairies où l’accueil est si chaleureux. De plus, des lecteur(e)s m’écrivent et me disent leur satisfaction d’avoir passé un bon moment avec mes histoires. De surcroît, pour certain(e)s, d’avoir grâce à elles, oublié un peu leur maladie ou leur grand âge et ses misères…  Alors, que demander de plus ?
Bref, je suis une modeste auteure heureuse et je laisse les best-sellers à d’autres… Et vous ?

https://isabelle-desbenoit.iggybook.com/fr/


 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.